Le contrat de travail est le document qui fait la synthèse des obligations et des droits respectifs que l’employeur et l’employé ont décidé entre eux. Il représente ainsi la base sur laquelle la relation du travail peut prendre de l’envergure. Les conséquences d’un contrat de travail mal écrit peuvent être énormes pour l’entreprise. Ainsi, il est indispensable de confier sa rédaction à un spécialiste. Découvrez ici les raisons qui prouvent que la rédaction d’un contrat de travail doit être confiée à un avocat.

La connaissance des textes de loi du contrat de travail

Quel que soit le type du contrat de travail, sa rédaction nécessite la maîtrise des textes de loi qui encadrent le recrutement d’un employeur par le salarié. En réalité, il existe une pluralité de textes de loi en vigueur en droit de travail. Ainsi, l’intervention d’un expert-avocat est primordiale pour analyser minutieusement les différentes dispositions du code de travail, de la convention collective adéquate et de la jurisprudence en application. Cela permet d’offrir une valeur juridique au contrat du travail. Cette dernière permet également de protéger les deux parties en cas d’éventuelles déconvenues.

Par ailleurs, le contrat de travail est un document très important pour le salarié, car il prend en compte ses avantages comme la protection sociale, la défense contre le licenciement, la satisfaction des congés et autres. Pour une meilleure intégration de ces facteurs dans le contrat, l’avocat est le professionnel le mieux indiqué.

L’accompagnement de l’employeur dans l’insertion des différentes clauses dans le contrat

Le contrat de travail doit préciser les différentes conditions de travail auxquelles l’employé doit faire face, mais également les droits et obligations de l’employé envers son collaborateur en toute légalité. Ainsi, pour l’insertion des clauses spéciales dans le contrat de travail, l’avis d’un avocat est inéluctable.

  • La clause de période d’essai
Le contrat de travail doit expliciter le temps de la période d’essai. Ce délai peut être modifié en fonction des conventions collectives et des modalités de son renouvellement si possible.
  • La clause de dédit formation
Ici, l’employé prend l’engagement de rester pendant un temps précis au sein de la structure, sauf à indemniser les frais de sa formation indiqués par son employeur.
  • La clause de mobilité
Elle offre le pouvoir à l’employeur de modifier l’endroit de travail du collaborateur qui n’a pas le droit de refuser. Il doit réagir de manière précise.
  • La clause d’exclusivité
L’employeur demandera à son salarié qu’il lui offre la totalité de sa disponibilité professionnelle. Cela lui enlève la faveur d’avoir un autre emploi en parallèle.
  • La clause de confidentialité
Elle prohibe à l’employé de faire la propagande des idées importantes liées au fonctionnement de l’entreprise. En d’autres termes, il doit garder le secret professionnel.
  • La clause forfait heure
Cette clause stipule la forfaitisation annuelle du temps de travail de l’employé.

En outre, la modification du contrat de travail pour un nouveau recrutement peut entrainer d’énormes conséquences. Même si vous avez pris la décision de rompre le contrat de travail d’un de vos employés, vous devez vous faire assister par un professionnel dans cette démarche. Pour toutes ces raisons, il est important de confier la rédaction du contrat de travail à un professionnel expérimenté, plus précisément l’avocat. Vous en trouverez des compétents dans ce domaine sur notre annuaire.